Accueil > Informations > Médias > Des animaux cobayes à Fukushima

Des animaux cobayes à Fukushima

Après que des travailleurs de la centrale de Fukushima aient été envoyés sur les lieux du sinistre pour essayer d’enrayer les rejets de radiations, ce sont maintenant des animaux qui vont payer pour les bêtises des hommes. Ils n’avaient pourtant rien demandé à personne.
Les autorités japonaises souhaitent traiter les forêts des alentours car les pluies font ruisseler la radioactivité et recontaminent à chaque fois les zones habitées dans les vallées.
L’université de Fukushima a donc décidé d’équiper des singes et des sangliers de GPS, de dosimètres et de compteurs Geiger, puis d’envoyer ces malheureux à proximité de la centrale. Le but : dresser une carte détaillée des zones contaminées et évaluer l’impact des radiations sur la faune qui vit dans les parages.
"Envoyer des primates en zone irradiée les expose évidemment à être contaminés, mais permettra de mieux connaître l’étendue des dégâts là où l’homme ne peut plus aller".
Assis tranquillement derrière leurs bureaux, certains scientifiques mériteraient bien d’être parachutés sur place avec un dosimètre dans le derrière ! Plus sérieusement, est-ce grâce à leurs années d’études supérieures qu’ils ont pu avoir cette idée de génie ? Alors qu’ils auraient pu, par exemple, envoyer des robots ou des sondes ?


20/02/2012.