Accueil > Informations > Médias > La folie du salage en hiver

La folie du salage en hiver

Des dizaines de milliers de tonnes de sel sont déversées sur les routes de France chaque année ; au plus dur de l’hiver 2010, on en comptait environ 3 000 tonnes par jour et par département ! Des célèbres Salins du midi, situés dans le Gard, partent chaque jour 150 camions et 1 à 2 trains contenant au total 5 000 tonnes de sel.
Les hivers rigoureux mettent en relief la folie des hommes : la France, pourtant largement pourvue en côtes et en salines, importe du sel par bateaux entiers depuis l’Égypte, l’Espagne, le Maroc, la Sardaigne, la Tunisie !
A ce transport pas du tout écologique viennent s’ajouter les effets sûrement catastrophiques du sel sur les milieux naturels : dissout, celui-ci se retrouve évacué directement dans nos cours d’eau douce, nos lacs, nos étangs, et va perturber les eco-systèmes déjà fragilisés par de nombreuses autres sources de pollution. Les arbres, quant à eux, l’absorbent par leurs racines*.
Tout cela à un coût. Environnemental, certes, mais aussi financier : au 12 janvier le département des Côtes d’armor avait déjà dépensé pour 300 000 € de sel ! Ce même sel qui endommage nos voitures, ainsi que nos portails et les façades des maisons situées au bord des routes.
Les solutions ? Réduire nos déplacements au strict minimum, utiliser les chaînes et les pneus neige ou cloutés, faire jouer la solidarité, l’entraide, le covoiturage, choisir d’habiter à proximité de son lieu de travail, et surtout, comme cela se fait par exemple en Auvergne : répandre du gravier au lieu du sel. Ce n’est pas l’idéal, certes, mais c’est déjà beaucoup moins néfaste.

Note au 01/02/2010 :
En hiver, les oiseaux picorent la neige (souvent salée) ou boivent l’eau des caniveaux quand la fonte a lieu. C’est un cercle vicieux car le sel va leur donner encore plus soif ...et il n’en faut que quelques milligrammes pour tuer un passereau.
Les oiseaux qui boivent de l’eau salée manifestent les mêmes symptômes qu’un ivrogne : ils sont groggy et peuvent se retrouver au milieu de la rue sans réaction. Ils peuvent aussi mourir d’un blocage des reins.
Une idée : disposez une écuelle d’eau propre devant votre maison, sur un terrain dégagé pour éviter les chats.


12/01/2010.