Accueil > Informations > Médias > Printemps 2014 : concentrations records de CO2 dans l’atmosphère

Printemps 2014 : concentrations records de CO2 dans l’atmosphère

En avril, pour la première fois, les concentrations mensuelles de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère ont dépassé 400 parties par million (ppm) dans tout l’hémisphère Nord. Ce seuil est hautement symbolique sur le plan scientifique, et le fait qu’il ait été franchi démontre une fois de plus que l’exploitation de combustibles fossiles est responsable, ainsi que d’autres activités humaines, de l’augmentation continue des concentrations de gaz à effet de serre qui réchauffent notre planète.
Toutes les stations de surveillance de l’hémisphère nord qui constituent le réseau de la veille de l’atmosphère de l’Organisation météorologique mondiale ont signalé des concentrations records de CO2 dans l’atmosphère durant le pic saisonnier, qui intervient au début du printemps boréal, avant que ce gaz ne soit absorbé par la croissance végétale.
Le CO2 persiste dans l’atmosphère pendant des centaines d’années, et sa durée de vie dans les océans est encore plus longue. C’est le principal gaz à effet de serre rejeté par les activités humaines : il a contribué à l’augmentation du forçage radiatif – qui induit un réchauffement du système climatique – à hauteur de 85% sur la décennie 2002-2012.
D’après le bulletin de l’OMM sur les gaz à effet de serre, la teneur de l’atmosphère en CO2 a atteint 393,1 parties par million en 2012, ce qui représente 141 % de ce qu’elle était à l’époque préindustrielle (278 parties par million).
« Comme les précédents, ce constat vient à point nommé pour nous rappeler l’augmentation constante des gaz à effet de serre qui sont un facteur d’évolution du climat. Si nous voulons préserver notre planète pour les générations futures, il nous faut agir d’urgence pour réduire les émissions de ces gaz qui piègent la chaleur », a déclaré le Secrétaire général de l’OMM, Michel Jarraud. « Le temps presse ».


Communiqué de presse de l’organisation météorologique mondiale, 27/05/2014. Site web : www.wmo.int