Accueil > Informations > Médias > Production de foie gras

Production de foie gras

Les producteurs s’attendent à une année record pour le foie gras
L’engouement pour le foie gras ne se dément pas et les producteurs français s’attendent à battre à nouveau des records de vente en 2006.
"L’année dernière, nous avons atteint le niveau le plus élevé jamais atteint par la vente de foie gras. Le marché en gros a cru de 6% en volume, 9% en valeur", explique Jean Schwebel, président du CIFOG, qui représente les intérêts des professionnels du secteur.
"Pour cette année, nous avons prévu une croissance du même ordre, de l’ordre de 5%, avec des prix stables", ajoute-t-il.
Compte tenu de la faiblesse de l’offre étrangère, "c’est en fait l’offre française qui régit le marché mondial", soit un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros. "On assure 85% de la production mondiale", ajoute Jean Schwebel.
Le résultat pour 2006 dépendra en grande partie des ventes du mois de décembre à l’occasion des fêtes de Noël et du jour de l’An. "Pour le consommateur, c’est au moins 40 à 50% pour le mois de décembre. C’est une vente hyper-saisonnière", précise-t-il.
Depuis trois ou quatre ans, les achats de foie gras sont passés de 600 à 650 grammes par foyer, soit une hausse en volume de 10%, et le nombre des amateurs a également augmenté. "Donc, la dynamique c’est plutôt plus de foyers qui achètent un peu plus, pas forcement plus souvent", explique-t-il.
Parallèlement, les professionnels constatent année après année une tendance vers des produits plus haut-de-gamme, c’est à dire vers le foie gras entier.
La municipalité américaine de Chicago a provoqué un certain émoi en décidant en avril dernier d’interdire la vente de foie gras au nom de la défense des animaux. Mais Jean Schwebel estime que le marché est trop petit pour qu’une telle mesure ait un réel impact. Il se fait en outre l’écho d’informations selon lesquelles cette mesure a contribué au contraire à populariser cette spécialité gastronomique aux Etats-Unis.
"Ce que j’ai entendu dire, c’est que le fait qu’on parle de foie gras alors que beaucoup de gens ne savent même pas que ça existe, a fait que le produit a été finalement popularisé, ou s’est fait connaître. Depuis, si j’ai bien compris, la consommation a augmenté", avance-t-il.
Source : Yahoo actualités, 25/12/2006
La France est décidément la lanterne rouge du monde occidental. Nous sommes en retard partout ; sur la chasse, sur la corrida, sur la vivisection, sur l’élevage industriel, sur le foie gras ! Ce que nous retiendrons de cet article, c’est que si la production de foie gras française augmente, c’est surtout qu’elle s’écroule ailleurs. Nous sommes presque les derniers à en produire, alors c’est normal que les autres s’approvisionnent ici.
C’est un peu comme la chasse à courre, qui est interdite en Angleterre, ce qui fait que les équipages anglo-saxons viennent pratiquer leur loisir chez nous.
Mais n’oublions pas que le gavage et/ou le foie gras sont déjà interdits dans de nombreux pays. Espérons que les dominos tombent les uns après les autres partout autour de nous, ceci isolera la France et la contraindra à abandonner cette cruelle pratique.