Accueil > Informations > Vie associative > Sondage sur la protection des animaux sauvages

Sondage sur la protection des animaux sauvages

La Convention Vie et Nature a sollicité la SOFRES pour connaître l’opinion des citoyens de ce pays face à l’animal sauvage que la loi ne protège que lorsqu’il appartient à une espèce privilégiée.
La question était en substance la suivante :
« Actuellement la loi française reconnaît que les animaux sont des êtres sensibles, mais la loi ne protège que les animaux domestiques contre les mauvais traitements. Personnellement, seriez-vous très favorable, plutôt favorable, plutôt défavorable ou totalement défavorable à ce que la loi protège également les animaux sauvages ? »
À cette question, nos concitoyens répondent, selon l’étude du 14 février :
55% très favorable ;
32% plutôt favorable ;
4% plutôt défavorable ;
3% très défavorable.
Ainsi, 88% souhaitent l’extension de la protection contre les mauvais traitements aux animaux sauvages. 7% formulent un avis contraire. Combien y a-t-il de chasseurs en ce pays ? Moins de 2% de la population.
Alors, qu’attendent les législateurs pour abolir la chasse, le piégeage, le déterrage et tous les mauvais traitements contre ces animaux qui ne souffrent pas moins que les animaux de compagnie ?
Les mardi 15 et mercredi 16 février, la fédération nationale des chasseurs organise un congrès pro-chasse, ce qui constitue bien évidemment son droit absolu. En revanche, nous devons dénoncer les politiciens annoncés qui viendront y faire la danse du ventre : François Copé, Jean Lassalle, François Hollande, André Chassagne. Dans quelle France ces personnages s’imaginent-ils vivre ? Amis des animaux, n’oubliez pas leurs noms le jour des choix.
Qui va à la chasse doit perdre les élections, puisque ceux qui terrorisent la faune, mutilent et tuent ne sont plus qu’une infime minorité en voie d’une salutaire extinction.


Communiqué de presse du CVN, 16/02/2011. Site web : www.ecologie-radicale.org