Accueil > Informations > Vie associative > Abattoirs européens : le nouveau règlement n’abrégera pas (toutes) les (...)

Abattoirs européens : le nouveau règlement n’abrégera pas (toutes) les souffrances

Ce lundi, le Conseil des ministres européens de l’Agriculture a approuvé un nouveau règlement sur la protection des animaux au moment de leur mise à mort. Les 360 millions de veaux, vaches, cochons, et les 4 milliards d’oiseaux abattus chaque année en Europe seront-ils désormais conduits vers une mort douce ? Malgré un effort de responsabilisation des personnels, l’accord politique reste trop permissif à l’égard de certaines pratiques, dans cette étape ultime et éprouvante pour des millions d’animaux.

La Protection mondiale des animaux de ferme (PMAF) accueille avec satisfaction l’obligation de formation au bien-être des animaux pour toute personne travaillant en abattoir, ainsi que la nomination d’un responsable « Bien-être animal » dans chaque établissement d’abattage. En revanche, de nombreuses sources de souffrance en abattoir continueront à être tolérées, en pleine contradiction avec l’esprit de ce nouveau règlement :
* Les oiseaux (poulets, poules de réforme, canards, dindes ...) sont typiquement suspendus, la tête en bas, sur des chaînes qui plongent leur tête dans un bain électrifiant avant d’être dirigés vers les lames automatiques. Cette suspension est source de stress et de douleurs intenses pour chaque animal. Elle est pourtant interdite pour les autres espèces, et il existe des alternatives pour l’étourdissement des volailles.
* L’obligation d’étourdir les animaux avant la saignée demeure facultative pour l’abattage rituel (hallal, casher), qui consiste à égorger des animaux pleinement conscients. De nombreux abattoirs adoptent cette méthode moins contraignante, et la viande issue d’animaux saignés sans étourdissement approvisionne ainsi un nombre croissant de boucheries, hypermarchés et restaurants, au-delà du cadre religieux, sans aucun étiquetage pour le consommateur.

Pour Johanne Mielcarek, chargée de campagnes à la PMAF : "Il est regrettable que les Etats membres et les instances européennes n’aient pas eu la volonté d’adopter un texte plus exigeant. Beaucoup reste à faire pour minimiser les souffrances des animaux à l’abattage, notamment dans les abattoirs ou les cadences peuvent parfois atteindre 800 porcs ou 13 000 poulets par heure."

Le règlement n’entrera en vigueur que le 1er janvier 2013.


Communiqué de la PMAF, 24/06/2009.
Site web : www.pmaf.org