Accueil > Informations > Vie associative > La "mort loisir" en déclin inéluctable

La "mort loisir" en déclin inéluctable

La CONVENTION VIE ET NATURE POUR UNE ECOLOGIE RADICALE se réjouit de la baisse de 3% en un an des effectifs des chasseurs de Gironde, département le plus affecté par ce loisir contre nature. Ils étaient plus de 70000 en Gironde, il n’y a qu’une quinzaine d’années, et se retrouvent désormais 48000.
C’est évidemment beaucoup trop mais le mouvement de recul se poursuit sous deux facteurs qui feront disparaître la chasse dans les décennies à venir :
* d’une part, et il faut le déplorer, le milieu naturel se réduit, 168 hectares de nature étant bétonnés et asphaltés chaque jour en ce pays. La faune devra bientôt apprendre à vivre dans des parcs urbains, dans un univers totalement artificialisé, ce qu’il faut combattre.
* d’autre part, les mentalités évoluent et l’humain prend conscience d’un fait évident tenant au caractère sensible, donc respectable, de l’animal. Tuer pour se distraire heurte la conscience de tout homme qui veut bien un instant réfléchir à cette problématique.
Aussi, le lobby chasse qui tire son influence et ses ressources du nombre de ses adeptes, s’alarme devant une désaffection croissante. Ce déclin réjouit l’humain de mieux, soucieux d’instaurer avec la nature qui se meurt un autre lien que celui du fusil et du piège.
Les chasseurs girondins ont en moyenne 55 ans et la jeunesse, malgré les efforts de propagande et promotion du lobby chasse, se détourne d’un loisir à la fois cruel, violent et inadapté dans ce monde.
Alors, les tenants de la mort loisir vont clamant que les animaux vont proliférer !
Pourquoi doivent-ils relâcher massivement des animaux d’élevage pour garnir leur stand de tirs ?
Pourquoi des chasseurs furent-ils verbalisés, l’an passé encore, pour avoir lâché clandestinement des sangliers ?
Pourquoi, les chasseurs refusent-ils le retour des prédateurs naturels que sont les loups, lynx et ours ?
Pourquoi perdurent-ils à persécuter les renards, fouines, martres et putois, eux aussi régulateurs de la faune ?
Il ne suffit pas de faire de la lourde propagande et de rencontrer des journalistes peu curieux pour relayer les désinformations, et changer le plomb des mauvaises idées reçues en or de la vérité.


Communiqué de presse du C.V.N., 23/04/2009.
Site web : www.ecologie-radicale.org