Accueil > Informations > Vie associative > Une avancée contre la corrida

Une avancée contre la corrida

Le 17 mars 1995, Jacques Santer, président de la Commission européenne écrivait : « Les conditions d’octroi de la prime à l’engraissement des bovins mâles sont remplies par les taureaux de corrida. Toutefois, étant donné que ces aides n’avaient pas été conçues pour ce type d’animaux, les services de la Commission étudient les mesures permettant l’exclusion des animaux de corridas du bénéfice de ces primes ».

En octobre 1997, le directeur de la Cour des comptes des Communautés européennes confirmait qu’il existait toujours un régime de primes aux producteurs de viande bovine des États membres de l’Union comprenant une « prime spéciale » pour les bovins mâles prélevés en nombre limité dans des troupeaux de races spécifiques afin d’être utilisés dans le cadre de corridas et destinés ultérieurement à la consommation humaine.

C’est un grand jour pour les défenseurs des animaux, puisque le Parlement vient d’accorder ce que nous demandons depuis tant d’années, à savoir la suppression de ces primes spéciales.

Il était en effet scandaleux que des subventions, destinées à sauvegarder les intérêts des agriculteurs, soient détournées de leur usage et affectées à des jeux cruels.

De plus, allouer ces subventions allait à l’encontre de ce qui est stipulé dans la Convention Européenne de protection des animaux d’élevage, Directive 98/58 /CE du Conseil, qui établit que les animaux ne doivent subir ni sévices, ni peur, ni souffrances. "Il est clair - déclare David Hammerstein, député Vert espagnol, "que ces conditions n’étaient pas remplies dans le cas des taureaux dits de combat".

A la demande des Verts, jeudi 27 octobre, au cours de la session plénière concernant le budget 2006 de l’Union Européenne à Strasbourg, le Parlement a décidé, par 277 voix pour, et 266 contre, de ne plus accorder de primes spéciales aux taureaux destinés aux corridas. La décision finale devra être validée par le Conseil des ministres européens.

Aujourd’hui, en frappant au porte monnaie, nous avons l’espoir de franchir une étape décisive vers l’abolition des corridas.


Claire Starozinski - Présidente fondatrice
Alliance pour la suppression des corridas, B.P. 85, 30009 Nîmes cedex 4. http://www.anticorrida.org