Accueil > Informations > Vie associative > Solidarité avec Notre-Dame-Des-Landes !

Solidarité avec Notre-Dame-Des-Landes !

Monsieur Vallini, président du Conseil général de l’Isère, disait l’été dernier, à Roybon, à la tribune d’un rassemblement des défenseurs du projet de construction du Center Parcs dans les Chambarans : « les entreprises de bâtiment ont des problèmes en ce moment de carnets de commandes, nous faisons ce que nous pouvons au Conseil général, pour les travaux publics avec les routes, pour le bâtiment avec les collèges ». On ne se soucie guère ici de répondre à une nécessité, on cherche seulement à satisfaire les entreprises du BTP. La sortie de crise passerait selon cet élu nécessairement par là.
Monsieur Brémond, président de la société Pierre & Vacances – Center Parcs, se réjouissait en 2008 d’avoir à la disposition du tourisme, des territoires encore inexploités. Il déclarait : « […] aujourd’hui 20 % du territoire hexagonal accueille 80 % des touristes. Ce qui veut dire qu’il y a un or vert : l’intérieur du territoire offre des potentialités énormes. »
Mais monsieur Brémond se trompe, car il n’est pas seul à vouloir s’approprier les 80 % du territoire hexagonal restant inexploités. La marchandise est reine et ses courtisans la flattent et la convoitent. Les projets d’aménagements et de constructions se multiplient ici - Center Parcs, GIANT, A51, LGV Lyon-Turin, le Sillon Alpin - comme ailleurs.
À Notre Dame des Landes (Loire Atlantique), ces entrepreneurs avides, avec le soutien de leurs valets socialistes aujourd’hui au pouvoir, ont décidé de s’approprier près de 2000 hectares de bocage et de forêts pour réaliser un nouvel aéroport qui serait essentiel au développement et à la compétitivité de la région. C’est ainsi que les différents projets de constructions et d’aménagements des territoires sont présentés et malheureusement souvent admis. Un vaste mouvement d’opposition et d’occupation conteste le projet et cette manière d’aborder la question sociale. Il n’accepte plus que les intérêts des promoteurs, soient perçus comme des intérêts publics et universels. La réalité brutale de l’économie marchande, avec ses conséquences sociales et environnementales désastreuses, n’est plus admise comme seule perspective.(...)
Nous affirmons ici notre solidarité avec les habitants et les occupants de la ZAD (http://zad.nadir.org/).


Quelques opposants à Center Parcs, près de Grenoble.