Accueil > Informations > Vie associative > Agriculture biologique : les citoyens la plébiscitent, mais le gouvernement (...)

Agriculture biologique : les citoyens la plébiscitent, mais le gouvernement diminue les aides

Aujourd’hui, en 2010, la surface agricole consacrée à la bio en France n’est que de 2,46 %. Le Grenelle de l’environnement avait prévu 6 % pour 2012, et 20 % pour 2020. Paradoxalement, la loi de finances 2011 adoptée par parlement divise par deux le montant du crédit d’impôt destiné aux agriculteurs qui se convertissent à l’agriculture biologique !
Pourtant, cette aide est essentielle pour faciliter la période de conversion, qui dure trois ans, et qui voit les agriculteurs faire face aux mêmes contraintes qu’en bio sans pouvoir écouler leurs produits via cette filière.
Pour l’association Générations futures, le renoncement du gouvernement est une véritable trahison : "une fois de plus, la majorité présidentielle cherche à satisfaire une FNSEA de plus en plus dominée par l’agro‐industrie, et renie sa parole donnée pendant le Grenelle de l’environnement en retirant son soutien à l’agriculture biologique. Les produits bios sont pourtant plébiscités par le public comme le prouve l’augmentation de la demande de plus de 10 % par an. Le manque de soutien à la production nationale va encore aggraver la situation alors que près de 40 % des produits bios consommés sont actuellement importés".
La Fédération Nationale des Agriculteurs Bio enfonce le clou : "le soutien accordé à hauteur de 196 millions d’euros à la filière
agro-carburants est scandaleux, c’est une ineptie économique et sociale, qui ne vise qu’à l’écoulement des stocks de certains, et toujours les mêmes. Dès lors, comment comprendre la diminution par deux du crédit d’impôt biologique, dont le montant global ne s’élève qu’à 17 millions d’euros ?"


23/12/2010. Informations : www.fnab.org