Accueil > Listes et documents > Musique > Les suprêmes dindes (Rock)

Les suprêmes dindes (Rock)

Artiste/Groupe : Les suprêmes dindes
Style : Rock
Titre : Le musée des animaux
Adresse : www.supremesdindes.com
Pays : France
Année : 2004

Texte :

Au musée des animaux
T’es beau, t’es beau
Je te vois avec tes yeux tristes
T’existes, t’existes
T’es collé dans un coin de mur
T’es poussiéreux comme des chaussures
Tes voisins ne sont pas bien portants
Avec leurs touffes de poils collants
Derrière eux il y a la savane
Des baobabs et des bananes
Peintes en couleur par le gardien
En mille neuf cent soixante-et-un

Derrière la vitre aux traces de gras
T’es là, t’es là
Tu regardes le ciel qui se lève
En rêve, en rêve
Ta vie ressemble au cauchemar
Que je fais un peu tous les soirs
Où l’on m’arrache doucement les ongles
Comme on t’a enlevé à ta jungle
J’entends les cris exotiques
De ces oiseaux criblés de tiques
Aux pattes mal accrochées aux branches
Pour les visiteurs du dimanche

Derrière tes cils qui se balancent
Tu penses, tu penses
A tes petits laissés là-bas
En bas, en bas
Il paraît qu’au fond dans les caves
Y a des centaines de cadavres
Remplis de coton et de paille
De bouts tenus par des ferrailles
On nous fait croire que t’es vivant
Ca fait rêver les p’tits enfants
J’ai l’impression de voir pleurer
Les billes qu’on t’a mises pour faire vrai

Assise sur ton dos rayé
J’m’y plaît, j’m’y plaît
Tu galopes sur les chemins
C’est bien, c’est bien
Le vent fait flotter mes cheveux
J’ai des images plein les yeux
De bonnes odeurs et de nuages
De grandes étendues et de plages
Ton corps brûlant me donne des ailes
On s’arrête manger des airelles
Je m’endors tout contre ton poil
La tête ahurie d’étoiles

Puis j’ai senti bouger ton buste
C’est juste, c’est juste
Du mur j’ai vu ton corps sortir
Sans rire, sans rire
On s’rait allé jusqu’au Congo
Mes jambes croisées sur ton dos
Mais d’cette vitrine tu t’es extrait
Et des bouts de verre m’ont blessé
Le gardien me trouvera demain
Une femme étendue qui s’éteint
Et sur le mur juste la trace
D’un zèbre ayant laissé sa place