Accueil > Informations > Vie associative > Campagne anti-corrida

Campagne anti-corrida

La SPA, en partenariat avec le CRAC, lance une grande campagne nationale d’affichage contre la corrida avec pour slogan « Corrida : La souffrance n’est pas un spectacle ! La loi doit l’interdire ! »

Cette campagne (250 affiches, 4m x 3m) a commencé le 20 juin dans la capitale et durera 10 jours, en aérien et dans le métro.
La lutte contre la barbarie des arènes s’intensifie. A ce jour 63 députés ont co-signé la proposition de loi déposée par Mme Muriel Marland-Militello pour l’abolition des corridas en France. Sensibilisés par nos actions, de nouveaux parlementaires les rejoignent au fil du temps. Au total, 72 députés se sont déjà déclarés pour l’abolition définitive de l’horreur tauromachique. En Catalogne espagnole, 26 villes dont Barcelone se sont déclarées anti-corrida. Le 22 juin prochain les députés de la province autonome vont voter pour ou contre l’abolition...
Plus de 280 personnalités de tous horizons ont signé la pétition du CRAC pour l’abolition des corridas et pour la protection de l’enfance. Parmi les signatures les plus récentes, on peut citer Alain Decaux, Gisèle Halimi, Stéphane Bern, Elie Semoun, Raymond Barre ou Michel Rocard.
A l’occasion de cette campagne d’affichage sans précédent, 10 personnalités, signataires de la pétition, ont accepté d’apposer leur signature sur nos affiches : Serge Belais, président de la SPA, Allain Bougrain Dubourg, François Cavanna, Michel Drucker, Morad El Hattab, Liane Foly, Nicolas Hulot, Albert Jacquard, Renaud et Romane Serda.
Pour Albert Jacquard, président d’honneur du CRAC, « quand je lutte contre la tauromachie, je lutte pour une humanité meilleure ». En effet, la corrida « est le lieu du sadisme autorisé », comme le précisent d’éminents psychiatres signataires de notre pétition. Loin des paillettes de l’habit de lumière, des couleurs chatoyantes des banderilles qui masquent des harpons redoutables, le vrai visage de la corrida est celui de la torture gratuite, de la souffrance juste pour le plaisir. La loi elle-même nous annonce que la corrida constitue des « sévices graves et des actes de cruauté sur animaux ». Et cela est toléré en France depuis plus de 50 ans grâce au fameux « Alinéa 3 » de l’article 521.1 du code pénal. Cela doit cesser !
Toutes nos actions vont dans le sens d’une information objective de la réalité tauromachique : embrigadement des enfants dans une violence extrême, financement public d’un spectacle presque toujours déficitaire, torture du taureau bien avant son entrée dans l’arène, sans parler du martyr des chevaux... Les citoyens de ce pays ainsi que nos élus sont victimes de plus de cinquante ans d’intoxication tauromachique : tradition, culture, art, terroir et autres arguments pour justifier l’injustifiable.