Accueil > Informations > Vie associative > Poulets de chair

Poulets de chair

Bien-être des poulets : la proposition de la Commission européenne jugée insatisfaisante !
La Commission européenne vient de rendre publique sa proposition de directive fixant des règles minimales de protection des poulets destinés à la production de viande. La Protection mondiale des animaux de ferme (PMAF) appelle les citoyens à réagir sur son nouveau site web : www.poulets.fr
"Malgré la demande sociale croissante en matière de bien-être animal, la France ne s’est pas dotée de réglementation spécifique en la matière. La Pmaf a donc accueilli cette proposition tant attendue, comme une première étape décisive, étant donné l’urgent besoin d’agir pour améliorer les conditions de vie des poulets dans les élevages intensifs. Cependant, nous avons de sérieuses inquiétudes concernant son contenu.
Plus de quatre milliards de poulets de chair sont élevés chaque année au sein de l’Union européenne, dont une écrasante majorité est sélectionnée à partir de souches génétiques dites à croissance rapide. Ces animaux atteignent leur poids d’abattage en 40 jours, deux fois plus rapidement qu’il y a trente ans ! Les conséquences sont désastreuses : insuffisances cardiaques et respiratoires, déformation des pattes, incapacité à supporter leur propre poids, problèmes cutanés etc. De plus, la plupart de ces animaux sont élevés dans un environnement appauvri et entassés dans des bâtiments fermés et surpeuplés. On compte en moyenne 22 poulets au m2 dans les élevages français.
La proposition de la Commission suggère une densité maximale de 38kg/m2 (soit une vingtaine de poulets par m2). Suivant une procédure précisée, les inspecteurs vétérinaires pourront limiter la densité à 30kg par m2 (une quinzaine de poulets au m2) si l’élevage ne répond pas à certains critères déterminés (taux de mortalité et maladies de peau). Le rapport scientifique mandaté par la Commission européenne recommandait une densité maximale de 25kg/m2, avec pour commentaire : « au- dessus de 30kg/m2, même avec de très bons systèmes de contrôle de l’environnement, il y a un risque très élevé d’accroissement des problèmes de bien-être ».
De plus, l’utilisation de souches dites à croissance rapide est l’un des principaux facteurs des problèmes de bien-être des poulets. Hélas, la proposition de directive ignore cet aspect du problème ! La PMAF estime que l’Union européenne devrait légiférer sur ce point dans les cinq ans à venir.
La PMAF appelle le Parlement européen et M. Bussereau, Ministre français de l’Agriculture, à apporter des améliorations notables à cette proposition de directive sur le bien-être des poulets de chair."


Considérant que, dans ces élevages, les animaux subissent un traitement incompatible avec les principes les plus élémentaires de protection animale, la PMAF souhaite à terme l’abandon des élevages intensifs des poulets élevés pour la viande et appelle les citoyens à signer le Manifeste pour l’interdiction de l’élevage intensif des poulets qui vient d’être mis en ligne sur le site www.poulets.fr