Accueil > Informations > Vie associative > L’Observatoire du nucléaire condamné par Areva

L’Observatoire du nucléaire condamné par Areva

Condamné à la demande d’Areva, l’Observatoire du nucléaire fait appel de ce jugement mettant gravement en cause le droit de dénoncer les méfaits du lobby nucléaire.
Vendredi 7 février 2014, malgré les preuves accablantes rendues publiques par l’Observatoire du nucléaire (cf http://www.observatoire-du-nucleaire.org), le tribunal correctionnel de Paris a condamné (à plusieurs milliers d’euros de pénalités financières) pour "diffamation" cette association à la demande pressante de la multinationale radioactive Areva.
Il est édifiant de constater que ce n’est pas seulement la Justice mais la quasi-totalité de la société française, les principaux partis politiques et la plupart des "grands" médias en tête, qui détourne consciencieusement les yeux pour profiter du pillage de l’uranium du Niger, Areva n’était finalement que l’exécutant du sale boulot.
La France est trop heureuse de pouvoir alimenter ses réacteurs nucléaires en s’accaparant à un prix dérisoire l’uranium du Niger : ce sont probablement des centaines de milliards d’euros qui devraient être remboursés au Niger, surtout si l’on tient compte des graves atteintes à l’environnement (contaminations, assèchement de la nappe phréatique) et à la santé publique (cancers multiples, déplacement des populations autochtones, etc).
L’affaire du "don d’Areva", jugée ce jour est un versement de 35 millions d’euros, fait fin 2012 par Areva au budget du Niger dans des conditions controversées, et préaffecté à l’achat d’un avion pour le Président du Niger (un ancien cadre d’Areva !). Areva a modifié à plusieurs reprises sa version des faits, niant d’abord le versement (cf AFP 12/12/2012, http://bit.ly/1fNXSUg), avant de le reconnaître (AFP 14/01/2013, http://bit.ly/1eEzLHk) puis de le "justifier" par une nouvelle version tenant compte de l’actualité (guerre au Mali, AFP 9 mars 2013, http://bit.ly/1jk54uE). Seules les personnes les plus naïves peuvent croire que ce nauséabond "don d’Areva" - finalement jamais versé suite aux révélations de l’Observatoire du nucléaire - visait à aider la population du Niger, l’une des plus pauvre du monde alors qu’Areva fait un juteux business avec l’uranium de ce pays. Chacun comprend immédiatement que ce versement avait pour seul but d’amadouer les dirigeants du Niger qui tentent actuellement mollement - le président Issouffou ayant besoin d’Areva pour assurer sa réélection en 2017, comme démontré par un document confidentiel publié par l’Observatoire du nucléaire, http://bit.ly/1aD1lW3 - d’obtenir une augmentation du dérisoire prix payé par Areva pour l’uranium extrait. C’est en ce sens que l’Observatoire du nucléaire a parlé de "méthode relevant de la corruption, au moins moralement si ce n’est pas juridiquement".


Communiqué de l’Observatoire du nucléaire, 07/02/2014. Site web : www.observatoire-du-nucleaire.org