Accueil > Informations > Vie associative > Téléphonie mobile et santé : une loi... maintenant !

Téléphonie mobile et santé : une loi... maintenant !

Nous vous invitons à consulter, diffuser et surtout participer à la nouvelle campagne cartes-pétitions de l’association Agir pour l’Environnement afin de faire pression pour obtenir des parlementaires une loi encadrant le développement de la téléphonie mobile. Après une dizaine d’années de controverses scientifiques, une loi sera soumise à l’approbation des parlementaires français au cours du premier semestre 2013.
En une quinzaine d’années, 150 000 antennes relais ont été installées et plus de 60 millions de portables sont régulièrement connectés au réseau de téléphonie mobile.
En matière de santé environnementale, quatre principes dictent l’attitude des principaux acteurs :
les industriels nient l’évidence scientifique ;
des experts, plus ou moins étroitement liés aux industriels, publient à marche forcée des études complaisantes ;
les décideurs politiques attendent ;
et les usagers et riverains subissent les nuisances.
La téléphonie mobile ne fait malheureusement pas exception à cette règle non écrite. Ce faisant, la France dispose d’une règlementation totalement laxiste qui autorise les industriels à développer leurs produits et installations sans la moindre contrainte. Il y a urgence à libérer le principe de précaution des beaux discours pour le rendre effectif dans les lois et règlementations.
Nos actions ont de l’impact ! Cette alerte n’est pas la première action initiée par l’association Agir pour l’environnement pour sensibiliser et agir pour exiger l’application d’un principe de précaution sur l’utilisation des ondes électromagnétiques :
Dès 2001, nous avons lancé la première grande campagne de mobilisation citoyenne alertant les décideurs politiques et économiques sur les effets sanitaires des ondes électromagnétiques.
En 2006, nous avons mis en évidence les liens unissant certains "experts" avec le petit monde de la téléphonie mobile et obtenu qu’une expertise plus indépendante soit lancée par l’Agence française de sécurité sanitaire environnementale.
Grâce à la mobilisation citoyenne, nous avons obtenu et participé au Grenelle des ondes.
En 2010, nous avons co-rédigé, avec Priartém, un guide intitulé "Téléphonie mobile : Ondes de choc" que vous pouvez encore commander sur la boutique en ligne d’Agir pour l’Environnement.
En 2013, nous poursuivons la mobilisation citoyenne en faveur d’une prise en compte du principe de précaution en matière de développement de la téléphonie mobile.
Quelques éléments importants :
En 2009, prenant en compte les effets biologiques recensés et en application du principe de précaution, l’Agence nationale de santé environnementale (ANSE) a ainsi recommandé de réduire les expositions sans attendre que toutes les preuves soient établies.
En juillet 2011, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a classé les ondes de la téléphonie mobile comme potentiellement cancérigènes.
Le 7 janvier 2013, un groupe de scientifiques international – le BioInitative Group, a publié une nouvelle expertise issue de la lecture de 1800 nouveaux articles scientifiques.
Les auteurs y développent des analyses sur des effets jusque-là peu mis en avant :
les effets sur la fertilité masculine,
sur l’autisme et d’autres troubles du comportement.
Sur les effets plus connus les preuves s’accumulent :
effets sur les gènes ou l’expression des gènes,
effets sur le système immunitaire,
perméabilisation de la barrière hématoencéphalique, et accroissement des risques de cancer du cerveau.


Lisez tous les articles relatifs à cette campagne sur : http://www.agirpourlenvironnement.org/campagne/telephonie-mobile-une-loi-maintenant