Accueil > Informations > Médias > Climat : plusieurs rapports bien pessimistes

Climat : plusieurs rapports bien pessimistes

D’après une récente étude de l’Institut de recherche de Potsdam, un réchauffement du climat de 4 degrés dès 2060 entraînerait une "cascade de cataclysmes" : inondations, sécheresse, montée des océans, pénuries d’eau, maladies, mortalité infantile, perte de la biodiversité,... Bien entendu, les pays pauvres seront les plus touchés.
Dans ce rapport publié dimanche, la Banque Mondiale affirme que "la responsabilité de l’homme dans le réchauffement en cours est sans équivoque", et que "le niveau actuel d’émissions de CO2 rend quasiment intenable l’engagement pris par la communauté internationale de contenir le réchauffement du globe à +2°C par rapport à l’ère pré-industrielle". Allant même plus loin, l’organisation ajoute qu’elle n’a aucune certitude que la planète pourra y faire face.
Mais la situation des pays développés aussi va empirer : les sécheresses qui ont frappé cet été les États-Unis ou l’Europe de l’est pourraient se reproduire, et l’occident sera confronté à l’afflux de populations fuyant la misère.
Tant qu’on y est, le rapport de l’institut aurait aussi pu signaler qu’une augmentation des cas de cancers de 75% est prévue pour 2030 ! Il y a déjà 13 millions de cancéreux dans le monde ; en 2030, ils seront 20,3 millions. La population globale va passer de 7 milliards en 2012 à 8,3 milliards en 2030 ; le nombre de cancers augmentera ainsi plus vite que la population. Le nombre de décès dus à ces cancers passera lui de 7,6 millions en 2008 à 13,2 millions en 2030.
Note au 28/11/2012 : on continue dans les enquêtes pessimistes ! Un rapport, rendu public lors de la conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Doha, alerte les scientifiques internationaux sur la nécessité de prendre en compte un facteur important dans les projections de hausse de température d’ici 2100 : le permafrost, la bande de terres arctiques constamment gelée, qui couvre près d’un quart de l’hémisphère nord, va se dégeler à cause le réchauffement climatique en cours. Or, elle contient 1 700 milliards de tonnes de CO2 ; le double de la quantité actuellement présente dans l’atmosphère !!
C’est un cercle vicieux ; la fonte des glaces dans le monde aggrave le réchauffement climatique, qui provoque lui-même encore plus de dégel.
Note au 29/11/2012 : une de plus ! L’organisation météorologique mondiale, porte-parole des Nations Unies, mesure les concentrations de gaz à effet de serre via un réseau d’observatoires répartis dans plus de 65 pays. Les premières mesures datent de 1750. Son rapport sur l’année 2011 indique qu’un nouveau record de concentration de gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, méthane, protoxyde d’azote,...) à été battu. La tendance à la hausse ne faiblit pas, et ce malgré les engagements et les belles déclarations des sommets internationaux.


19/11/2012.