Accueil > Informations > Vie associative > Malfaisances des nuisibles

Malfaisances des nuisibles

Le gouvernement "mou" ne fait guère mieux que son prédécesseur en matière d’écologie. Il vient d’adopter un arrêté scélérat, inspiré par le monde de la chasse, perdurant à qualifier de "nuisibles" des espèces de faune authentiquement naturelles, celles qui ne sortent pas des caisses des éleveurs pour alimenter le stand de tirs des chasseurs Français !
Le ministère fixe une liste d’animaux pouvant être piégés, fusillés, déterrés, sous les prétextes menteurs de prévenir des atteintes à la sécurité et à la santé publiques, de protéger des intérêts agricoles et aquacoles, de défendre d’autres propriétés menacées, de maintenir des équilibres faune et flore.
Vous contemplerez ces listes, par département.
Mais sachez, qu’en sus, après avis d’une commission départementale composée essentiellement d’éléments rétrogrades, les préfets pourront classer "nuisibles" d’autres espèces dont le ministre aura fixé une liste de "susceptibles d’un tel classement". Admirez la complexité toujours présente en règlementation de la chasse, en ce pays.
Examinons sommairement ces listes :
Les chasseurs, désireux de maintenir un piégeage purement ludique et des prorogations des périodes de tirs au printemps, désignent les petits carnivores sauvages et les corvidés au titre des "nuisibles". Or, certaines de ces espèces sont menacées de disparition. Il en est ainsi de la minuscule belette, mammifère de cent grammes, et du putois.
Les mustélidés comme les renards participent aux équilibres naturels par leurs prédations, ce qui est connu de tout esprit informé. Mais, l’irrationnel, l’obscurantisme le préjugé prévalent sur les considérations objectives. Les corvidés sont des oiseaux attachant par leurs performances adaptatives, leur sens de l’observation. Leurs plumages et leurs cris déplaisent aux ennemis de la nature sauvage !
Malgré une proximité culturelle, sociologique et politique entre le monde de la chasse et celui de l’agrochimie, il faut constater que ce sont les chasseurs et non les associations agricoles qui interviennent devant les tribunaux administratifs pour soutenir les classements en "nuisibles" des animaux, ce qui prouve avec éclat le détournement de pouvoir. sous couvert de défense d’intérêts économiques, ce sont les fantasmes destructeurs des chasseurs que masque le paravent de la règlementation des prétendus "nuisibles".
Dans la nature, il n’y a pas d’espèce nuisible autre que celle qui jouit de traquer, mutiler, tuer.
Honte au gouvernement "mou" qui cède au lobby de la chasse avec presque autant de lâcheté que le gouvernement d’hier, et qui ignore que 87% des Français demandent que la loi protège l’animal sauvage des mauvais traitements (sondage SOFRES février 2011).


Communiqué de presse de la CVN, 19/08/2012. Site web :
www.ecologie-radicale.org