Accueil > Informations > Médias > Le conseil constitutionnel légitime la corrida

Le conseil constitutionnel légitime la corrida

Comme on pouvait s’y attendre, le conseil constitutionnel a déclaré l’article 521-1 (alinéa 7) du code pénal « conforme à la constitution », justifiant par là-même l’exception à la loi que constituent les combats de coq et la corrida. En effet, si vous plantez une épée dans un taureau à Lyon, Nantes ou Strasbourg, vous pourrez aller en prison pour actes de cruauté sur un animal. A Nîmes ou Arles, vous serez considéré comme un artiste. Allez comprendre…
L’association CRAC avait contesté la validité de cette loi, puisqu’en république c’est le principe d’égalité devant la loi qui prévaut. Ainsi, griller un feu rouge ou violer quelqu’un est interdit dans toute la France, et pour tout le monde. Imaginez le tollé que produirait une loi qui dirait « il est interdit d’arracher un sac à une vieille dame, sauf à Besançon » ou encore « proférer des insultes racistes est puni d’une amende, sauf à Dunkerque où cela reste autorisé ».
Mais les avocats de la partie adverse avaient fait remarquer, à juste titre, que des exceptions existent déjà et avaient été précédemment validées par le conseil constitutionnel (notons que ces exceptions semblent ne concerner que les animaux). C’est le cas par exemple pour certaines chasses traditionnelles et locales (exception géographique), ou encore l’abattage rituel (exception religieuse, pour les juifs et les musulmans qui veulent égorger des animaux à vif sans les assommer auparavant).
Quoi qu’il en soit, il y avait peu à espérer de sages aussi conservateurs que Jean-Louis Debré ou Michel Charasse, mais le but était bien de mettre le sujet sur la table, et de ce point de vue-là, la réussite a été complète, avec un buzz médiatique incroyable et les plus grands titres des journaux écrits et télévisés.
Une énième proposition de loi anti-corrida sera présentée devant l’assemblée nationale sous peu, et les actions de rues (manifestations, pétitions, stands et affichages) se poursuivent, dans l’espoir de rejoindre d’ici peu les pays en avance sur le plan éthique : Catalogne, Panama, Chili,… La tauromachie sera également interdite au Pérou à partir d’octobre 2012, dès que la loi interdisant "toute maltraitance et sacrifice d’animaux dans des spectacles publics ou privés" sera devenue effective.
Et puis tiens, puisqu’on parle de pays plus civilisés que la France, la Californie vient de confirmer en appel l’interdiction de la vente et de la production de foie gras sur son territoire… ;)
Note au 10/11/2012 : La première chaîne de distribution italienne, Coop, annonce qu’elle va cesser de proposer du foie gras à sa clientèle. La souffrance animale est le principal argument de cette sage décision ! La chaine souligne que le foie gras est condamné partout dans le monde, notamment dans 22 pays de l’union Européenne. Seuls la Belgique, la Bulgarie, l’Espagne, la France et la Hongrie s’évertuent à en produire...


22/09/2012.