Accueil > Informations > Vie associative > Bilan de la conférence environnementale par FNE

Bilan de la conférence environnementale par FNE

Un joli cap, on attend le navire !
Aujourd’hui s’achève la conférence environnementale. Les engagements pris par le président de la République ainsi que par le Premier ministre marquent la volonté de ce gouvernement de s’engager sur la voie de la transition écologique. FNE attend maintenant de connaître, dans les détails, l’agenda et les moyens mis en face de chacune des annonces, seuls éléments qui permettront de mesurer correctement la valeur de ces engagements.
Transition énergétique : de réelles avancées mais encore des zones d’ombre.
Le chantier annoncé pour la rénovation thermique d’un million de logements est bien sûr une bonne nouvelle et reprend une de nos propositions. France Nature Environnement se réjouit également de l’annonce d’une date concernant la fermeture de la centrale de Fessenheim. Cette décision est la première pierre du volet « nucléaire » de la transition énergétique. Il convient maintenant de s’assurer que les différentes étapes conduisant à la fermeture de la centrale (notamment le volet social pour la reconversion des salariés, y compris les sous-traitants) seront inscrites dans un agenda pour éviter de voir ce quinquennat s’achever avec une centrale toujours en activité...Concernant les gaz de schiste, le rejet des demandes de permis est une bonne nouvelle même si, dans la mesure où la fracturation hydraulique est déjà interdite par la loi, ces permis avaient peu de chance d’aboutir. Le président de la République a définitivement enterré la fracturation hydraulique. Pour ce qui est de l’exploitation des gaz de schiste, il convient d’être prudent. Quid des permis de recherche en cours ? Du côté des énergies renouvelables, FNE accueille favorablement la décision de supprimer le dispositif ZDE, obstacle au développement de l’éolien en France. Malheureusement, ce n’est pas le seul bâton dans les pales de l’éolien qui en compte un certain nombre que le gouvernement devra également supprimer.
Biodiversité : une agence enfin... mais pas une coquille vide !
L’annonce de la création d’une agence de la biodiversité est saluée par l’ensemble des ONG et par FNE en particulier. Sur le modèle de l’ADEME, elle viendra en aide aux entreprises, aux collectivités et aux associations. Nous attendons maintenant d’en savoir un peu plus sur ses prérogatives et ses moyens. Pour FNE, la limitation de l’artificialisation de nos territoires devra être une priorité de l’agence, au même titre que la mise en œuvre de la Stratégie Nationale pour la Biodiversité ainsi que de la Trame Verte et Bleue. Sur l’agriculture, seuls quelques engagements du Grenelle sont retenus.
Santé : les ambitions sont encore trop modestes.
La suppression du bisphenol A dans les contenants alimentaires est une bonne chose mais dissimule mal le peu d’annonces faites dans le domaine de la santé. Dommage. Un engagement concernant la lutte contre la pollution de l’air en ville était attendue par plusieurs ONG. Alors que les impacts sanitaires du diesel sont de plus en plus dénoncés et que la France fait partie des mauvais élèves pour ce qui est de l’exclusion des véhicules les plus polluants de nos centre-villes, le gouvernement devra sérieusement accélérer s’il veut enfin être à la hauteur des attentes des Français en matière de risques sanitaires et environnementaux. Et ce n’est pas la création de véhicules parcourant cent kilomètres en n’utilisant que deux litres qui réglera le problème...
La fiscalité, parent pauvre de cette conférence...
Malheureusement, le verdissement de la fiscalité n’est pas encore devenu une priorité du gouvernement alors que le Premier ministre a rappelé dans son discours que, là encore, nous étions très en retard par rapport à nos voisins européens. FNE s’emploiera donc, de nouveau, à rappeler que le premier levier en matière de fiscalité est la suppression des niches fiscales défavorables à l’environnement.
Des lettres de cadrage pour les ministres.
La bonne nouvelle concerne l’annonce par le Premier ministre de lettres de cadrage pour l’ensemble des ministères. Ainsi, même le ministère de la culture participera à la mise en œuvre de la transition écologique ! FNE est satisfaite de la prise en compte d’une demande formulée dans l’Appel des 3000, son cahier de propositions rédigé à l’occasion de l’élection présidentielle.
Bruno Genty, président de FNE : « Arrivés assez inquiets, nous repartons avec quelques satisfactions et encore beaucoup d’interrogations. Qu’il s’agisse de la fermeture de Fessenheim, de la création d’une agence de la biodiversité ou encore de la réforme de la fiscalité, nous attendons avec impatience de connaître les détails de la mise en œuvre et les budgets alloués. L’ambition est là mais nous avons vécu trop de déconvenues par le passé pour nous laisser aller à un débordement de joie. Je reste inquiet sur le financement du dialogue environnemental même si je me réjouis de voir que le dialogue avec les autres parties prenantes a plutôt bien fonctionné lors de cette conférence environnementale ».


Communiqué de presse de FNE, 15/09/2012. Site web : www.fne.asso.fr