Accueil > Listes et documents > Musique > Henri Tachan (chanson française)

Henri Tachan (chanson française)

Artiste/Groupe : Henri Tachan
Style : chanson française
Titre : La chasse
Adresse : http://www.tachan.org
Pays : France
Année : 1974

Texte :

Sur une boîte de conserve, sur un pigeon d’argile, vains dieux, c’est pas pareil !
Pour les chasseurs, les vrais, il faut de la chair tiède avec du sang vermeil,
Pour les chasseurs, les vrais, il faut que ça palpite de plumes et de ramage,
Il faut que ça ait peur, il faut que ça se sauve, bref, que ce soit "sauvage"...

La Chasse,
C’est le défoul’ment national, c’est la soupape des frustrés,
La Chasse,
C’est la guéguerre permise aux hommes en temps de paix !

Chaque mois de septembre, le plumet au chapeau, ils partent comme en quarante,
Ranimer la flaflame du Chasseur Inconnu qu’avait du poil au ventre,
En carte comme les putes, ils draguent à Rambouillet, ils tapinent en Sologne,
Mais quand ils tirent leur coup, le client de passage se réveille charogne...

La Chasse,
C’est le défoul’ment national, c’est le coït des frustrés,
La Chasse,
C’est la guéguerr’e permise aux hommes en temps de paix !

Regardez-les marcher, l’arrogance au visage, le cœur sur la gâchette,
Ces spadassins rentrés, ces héros d’Épinal, ces tueurs de fauvettes,
Regarder les marcher, ces Zaroff de banlieue, ces Hemingway d’Neuilly,
Vers le trou à lapin, vers la mare à canards, y faire leur safari...

La Chasse,
C’est le défoul’ment national, c’est la Villette des frustrés,
La Chasse,
C’est la guéguerre permise aux hommes en temps de paix !

Les soldats ça s’enraye, les soldats ça se rouille, c’est comme les carabines
Le servic’e militair’e ça s’continue plus tard à coups de chevrotines :
Pour le chasseur français y avait le perdreau boche ou le lièvre fellouze,
Pour le chasseur franquiste l’anarchiste rouge-gorge et la chienne andalouse...

La Chasse,
C’est le défoul’ment national, c’est le p’tit Vietnam des frustrés,
La Chasse,
C’est la guéguerre permise aux hommes en temps de paix,
De paix ?!

Paroles et musique : Henri Tachan