Accueil > Informations > Vie associative > Parc national des calanques

Parc national des calanques

L’association France Nature Environnement s’oppose au projet actuel de parc national des calanques (Marseille) ; elle ne veut pas d’un parc national "au rabais" et craint que ce "simulacre de parc" ne crée un précédent et entraîne les autres parcs, actuels et futurs, vers une baisse du niveau de protection.
D’ailleurs, la commission d’enquête sur le projet de parc a rendu un avis contenant de nombreuses et sérieuses réserves et recommandations. Les demandes des commissaires enquêteurs, de F.N.E., du Conseil National de la Protection de la Nature et de l’Autorité Environnementale n’ont été que très partiellement prises en compte.
F.N.E. juge le projet actuel insuffisant tant sur le périmètre, sur la réglementation des activités marines et terrestres, que sur la gouvernance du parc : Ainsi, F.N.E. estime que des zones remarquables devraient être inscrites en coeur de parc, comme la bande littorale de 500 mètres du Frioul, la calanque de Port-Miou, le village des Goudes, le camp militaire de Carpiagne, etc. L’Aire Optimale d’Adhésion (AOA) devrait constituer une continuité écologique entre les deux zones coeurs, et intégrer notamment la campagne Pastré et la commune d’Aubagne. L’association réclame que les réserves intégrales, terrestres et marines, atteignent au moins 20 % de la surface du coeur de Parc (contre seulement 0,22% pour la partie marine et 5% pour la partie terrestre actuellement !). Les activités à fort impact environnemental doivent être plus sévèrement encadrées : arrêt de la chasse, des lâchers de tir, du piégeage, des concours de pêche, maîtrise de la circulation automobile, de la navigation, limitation de la pénétration des bateaux à moteur au sein des criques, abandon de la pêche au chalut au profit d’une pêche plus durable, reconquête de la qualité de l’eau,… Pour finir, F.N.E. constate un déséquilibre de la gouvernance au sein du Conseil d’Administration ; la représentation nationale et celle des associations de protection de l’environnement doivent être revues à la hausse.
Il est nécessaire de bâtir un parc à la hauteur des enjeux présents sur ce site exceptionnel. Celui-ci doit répondre aux objectifs actuels de préservation de la biodiversité et être conforme aux standards internationaux. La balle est désormais dans le camp du ministère de l’écologie et du développement durable, qui doit (ou pas) signer le décret d’application du parc national.


URVN-FNE PACA, 60 rue Saint Ferréol, 13001 Marseille. Site web : www.urvn.fr