Accueil > Informations > Vie associative > Chasse à la baleine : le Japon ne désarme pas !

Chasse à la baleine : le Japon ne désarme pas !

Alors que la communauté internationale s’est mobilisée pour venir en aide aux victimes du tsunami de mars 2011, le Japon augmente le budget de la chasse à la baleine de 27 millions de dollars !
"La France demande au Japon de cesser ses activités de chasse à la baleine, prévues pour reprendre dans les prochaines semaines, et réaffirme son opposition à cette chasse dite scientifique" ; cette déclaration du ministère français des affaires étrangères, le 4 octobre 2011, n’a pas été entendue par les autorités japonaises qui, par provocation et alors que la chasse baleinière est fortement déficitaire, annoncent une augmentation des subventions accordées aux bateaux qui partiront cet hiver en Antarctique tuer des cétacés dans le sanctuaire qui est censé les protéger.
Le 24 octobre, la présidente de la Fondation Brigitte Bardot s’est adressée au premier ministre japonais, Monsieur Yoshihiko Noda, pour l’alerter ; "les baleines sont en danger, chaque animal tué est un crime contre la biodiversité".
Au Japon, des animaux livrés à leur sort par milliers dans la zone d’exclusion :
Alors que le Japon trouve les moyens de financer une campagne cruelle dénoncée par l’opinion publique mondiale, les sinistrés du tsunami sont délaissés, les animaux domestiques présents dans la zone d’exclusion étant même condamnés à mort. Certaines rumeurs font état d’empoisonnements massifs, à base de différents produits chimiques, d’où l’inquiétude de Brigitte Bardot : "ma Fondation a apporté son aide, dès le début du sinistre, en envoyant des vétérinaires, des médicaments et de l’alimentation pour les animaux recueillis. Mais la situation reste dramatique pour ces milliers d’animaux livrés à leur sort, chats, chiens mais aussi animaux de ferme pour lesquels il est urgent d’organiser une prise en charge avant l’hiver".
"Monsieur le Premier Ministre, je vous demande de ne pas gâcher ces 27 millions de dollars dans une campagne meurtrière qui scandalise le monde, mais d’utiliser ces fonds au profit de votre population et consacrer une partie de cette somme au sauvetage des animaux condamnés à mourir dans de terribles conditions", conclut Brigitte Bardot dans sa lettre à Yoshihiko Noda.


24/10/2011. Plus d’informations, et pour lire la lettre de B.B. au premier ministre japonais : http://www.fondationbrigittebardot.fr