Accueil > Informations > Médias > Le point sur le nucléaire

Le point sur le nucléaire

Depuis l’accident de Fukushima, plusieurs pays se sont exprimés en faveur d’une sortie du nucléaire ; l’Allemagne, l’Italie, la Suisse.
La France, embourbée dans des décisions prises il y a des décennies, a choisi la fuite en avant, faisant de notre pays le plus nucléarisé du monde après les Usa, et engloutissant des milliards d’euros de recherche scientifique dans cette filière. D’ici quelques temps, les autres nations, notamment industrialisées, auront des années d’avance sur nous en matière d’énergies renouvelables : solaire, géothermie, éolien, marémotrice, hydraulique.
Eric Besson, le ministre de l’industrie, le confirme : "la France a fait depuis un demi-siècle le choix du nucléaire, qui produit aujourd’hui 80 % son l’électricité" (il affirme également que "la France a acquis ainsi une forte indépendance énergétique", ce qui est faux, puisque le minerai d’uranium n’est pas produit en France).
Et il ajoute : "la France dispose ainsi d’une électricité 40 % moins chère que chez les autres pays européens". La belle affaire. D’une part, notre sécurité, notre santé sont mises en jeu pour une question d’argent, d’autre part, les pays se doivent de diminuer leur consommation d’énergie et d’émission de CO2. Est-ce là un bon moyen d’y parvenir que de proposer de l’électricité au rabais ?
Pour le moment, le nucléaire se porte bien. De nombreux pays émergents se lancent dans l’aventure : Turquie, Égypte, Vietnam, Iran,… , mais encore un ou deux accidents graves, et gageons que le monde se détournera définitivement de cette énergie indomptable. Et nous, français, il ne nous restera que nos yeux pour pleurer.
Sans compter que les premières centrales, construites il y a 30 à 50 ans, arrivent en bout de course et que va désormais se poser le problème, insurmontable, des déchets. Un problème matériel tout d’abord (où les entreposer ?) et surtout financier (traitement, transports, entretien, sûreté), qui devra être subi par les générations futures pendant des siècles voire des millénaires.
Dans tous les cas, les élections françaises de 2012 (présidentielles et législatives) seront décisives. La percée des écologistes pourrait bien ébranler le sacro-saint dogme français. Rappelons que plusieurs sondages confirment qu’une bonne majorité de français souhaite un retrait du nucléaire !
... Et pendant ce temps-là à Minsk, dans l’une des dernières vraies dictatures du monde, la Biélorussie, une douzaine d’activistes antinucléaires ont été brutalement plaqués au sol puis arrêtés alors qu’ils célébraient l’anniversaire de Tchernobyl et distribuaient des tracts contre la construction de la première centrale nucléaire de Biélorussie, à Ostrovets... Nucléaire et démocratie sont antinomiques, on vous le dit depuis des lustres !


20/06/2011.