Accueil > Informations > Vie associative > L’intérêt économique des mustélidés pour l’agriculture

L’intérêt économique des mustélidés pour l’agriculture

La Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) Haute Normandie a présenté, cette année, à la Commission Départementale de la Chasse et de la Faune Sauvage (CDCFS) de l’Eure (27), une note intéressante sur l’intérêt économique des mustélidés.
Cette note met en avant, en le chiffrant, l’intérêt des mustélidés en terme économique. Pour le département de l’Eure, le fait de piéger les mustélidés coûte 105 000 euros à l’agriculture du fait de la protection indirecte des « ravageurs » des cultures.
Cet argument que toutes les associations de protection de la nature mettaient en avant, depuis des lustres, en vain, pour demander la protection des mustélidés en tant que protecteur des cultures, est pour la première fois chiffré et utilisé par un des services de l’état qui d’habitude sont terrorisés par les chasseurs et les piégeurs qui n’aiment pas qu’on touche à la liste des animaux "nuisibles".
Qu’un fonctionnaire courageux dise tout haut ce que les chasseurs et les piégeurs n’ont pas envie d’entendre ne pouvait laisser ceux-ci indifférents. Ainsi, les chasseurs de l’Eure n’apprécient que moyennement cette étude, ni qu’on s’insinue dans leur passion pour la régulation... :
« Au lieu de nous aider dans notre démarche de gestion, on nous met gentiment mais sûrement des bâtons dans les roues. Les prédateurs sont de plus en plus protégés et lors du dernier conseil départemental c’est (fait nouveau) un fonctionnaire de la DREAL qui nous a expliqué avec une suffisance rarement atteinte, qu’au lieu de classer la belette et la fouine parmi les espèces nuisibles, nous aurions dû depuis longtemps la protéger car elle est très utile à la limitation des rongeurs. Vous avez bien entendu « nous devrions protéger la fouine et la belette » parce qu’elle mange plus de souris que de gibier. Lorsque nous avons évoqué la prédation sur le gibier et sur les petits élevages de la fouine, il nous a été répondu qu’il fallait « mieux enfermer » les poules dans les poulaillers, ainsi les fouines ne pourraient plus les manger. »
Vous pouvez télécharger le texte intégral de cette étude de la DREAL sur l’intérêt économique des mustélidés qui démontre que :
1. La santé et la sécurité publique ne sont pas menacées par les mustélidés.
2. Non seulement les dommages importants aux activités agricoles, forestières et aquacoles ne sont pas prouvés, mais il vient d’être démontré que les bénéfices apportés par la présence de ces espèces sont bien supérieurs aux dégâts qui leur sont soi-disant attribués.
3. Les mustélidés ne portent atteinte ni à la faune, ni à la flore. Bien au contraire, en régulant les populations des ravageurs de cultures, ils assurent un rôle de protection et participent à l’équilibre général de l’environnement.
4. Le classement de ces espèces en « animaux nuisibles » serait donc contraire aux textes de Loi. L’arrêté préfectoral de classement des nuisibles pourrait donc ne pas avoir l’assise juridique suffisante pour supporter une action en justice introduite par une association de protection de la nature.
En conclusion, et pour défaut d’étude circonstanciée démontrant que l’impact négatif de l’une ou de l’autre de ces espèces sur l’activité humaine est bien supérieur au bénéfice retiré de leur simple présence, la DREAL, affirmant le rôle bienfaiteur et protecteur des cultures des mustélidés, demande que le piégeage et la chasse de ces 4 espèces ne soient plus autorisés dans le département de l’Eure et que les espèces concernées ne soient plus classées « nuisibles ». La DREAL demande également que ce rôle positif ne soit pas omis au compte-rendu de la Commission Départementale de la Chasse et de la Faune Sauvage.


Communiqué de presse du RAC, 09/11/2010. Site web : www.antichasse.com
Note de la DREAL : http://bdm.typepad.com/files/nuisibles-note_dreal.pdf