Accueil > Informations > Vie associative > Guerre du Golfe : une étude montre des effets sanitaires catastrophiques

Guerre du Golfe : une étude montre des effets sanitaires catastrophiques

Deuxième guerre d’Irak : une première étude scientifique montre des effets sanitaires catastrophiques sur la population de Fallujah ...et soupçonne l’usage possible d’uranium appauvri par les armées américaines.
Six années après les très lourds combats conduits par les troupes américaines contre la ville de Fallujah, en Irak, une première étude montre des taux de cancer très élevés dans la ville, ainsi qu’une mortalité infantile très forte et une forte diminution du nombre de garçons par rapport au nombre de filles, chez les moins de 4 ans.
On savait déjà que de nombreuses malformations touchaient les enfants naissant à Fallujah (1) . Des soupçons pèsent sur l’utilisation possible pendant cette bataille d’armes chimiques ou encore d’uranium appauvri par les troupes conduites par les USA.
Une première étude (2) scientifique, publiée par le journal scientifique « International Journal of Environmental Research and Public Health » ce mois de juillet 2010 nous montre que, six années après cette attaque meurtrière des forces américaines, les jeunes enfants de cette ville semblent payer un lourd tribut en terme de santé.
L’étude, a été réalisée par Chris Busby, du ‘Department of Molecular Biosciences, University of Ulster’ à l’aide de questionnaires (3) auprès de 4843 personnes. Comparant les taux de cancers observés dans la ville irakienne avec ceux observés en Égypte (4), elle montre une situation effroyable :
4.22 fois plus de risque de développer un cancer pour la population de Falloujah que pour les populations de référence.
12,6 fois plus de risque de développer un cancer pour les enfants de moins de 14 ans…
38.5 fois plus de risque de développer une leucémie chez les 0-34 ans..
La mortalité infantile est plus de 4 fois plus importante qu’en Égypte ou en Jordanie…et le phénomène s’amplifie encore ces derniers mois !
Le sexe ratio (le taux comparé de mâles et femelles au sein d’une population) est totalement anormal dans la tranche des 0-4 ans de Fallujah où l’on enregistre seulement 860 garçons pour 1000 filles …alors qu’on devrait en compter 1050 !
Pour le scientifique responsable de l’étude ces résultats montrent des effets sanitaires très sérieux, probablement liés à des mutations causées par une contamination environnementale datant de 2004. Il pointe comme cause possible l’uranium appauvri, qui aurait pu être utilisé dans les munitions américaines (5).
« Devant ce qui ressemble à une catastrophe sanitaire et environnementale liée à la guerre en Irak de 2003, le MDRGF demande à l’état français de peser de tout son poids pour exiger une commission d’enquête indépendante sur cette question qui pourra notamment effectuer d’autres études scientifiques. » Déclare François Veillerette, porte parole du MDRGF. »L’armée américaine devra faire toute la lumière sur cette bataille de Fallujah, en particulier en ce qui concerne la nature de toutes les armes employées » ajoute t-il.

Notes :

1) Voir une vidéo de CNN de mai 2010 ou un reportage du Guardian.
2 ) Busby C., Hamdan M., Ariabi E. Cancer, Infant Mortality and Birth Sex-Ratio in Fallujah, Iraq 2005–2009. International Journal of Environmental Research and Public Health.
3) Questionnaire déjà utilisé dans le sud ouest de la Grande Bretagne et ayant donné satisfaction selon l’auteur.
4) L’Irak étant dans un grand état de désorganisation ne dispose bien sûr pas de statistiques nationales sur les cancers…
5) Le chiffre de 2000 tonnes d’uranium appauvri possiblement utilisé pendant le conflit de 2003 est avancé par certains…


Communiqué de presse du MDRGF, 31/07/2010. Site web : www.mdrgf.org