Accueil > Informations > Vie associative > Des députés socialistes et UMP unis contre la corrida

Des députés socialistes et UMP unis contre la corrida

Pour la première fois, lors d’une conférence de presse, une proposition de loi conjointe PS/ UMP a été présentée aux médias. Le CRAC Europe, comme d’autres associations spécialisées ou généralistes, avait été invité par les deux députés à l’origine de cette "union sacrée" : Madame Gaillard (PS) et Madame Marland-Militello (UMP).
Comme le précise le texte de présentation "ce texte reprend et prolonge la dynamique initiée par Muriel Marland-Militello et augmente ainsi les chances d’obtenir enfin l’inscription de cette proposition de loi à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale grâce à une mobilisation parlementaire encore plus large.
En effet, en juin 2004, Muriel Marland-Militello déposait une proposition de loi pour interdire les corridas et les combats de coqs. Cette proposition de loi n’ayant pas été inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale sous la douzième législature, la députée l’a redéposée, sous le numéro 228, le 25 septembre 2007. Actuellement 54 députés ont d’ores et déjà cosigné sa proposition de loi".
En comptant les députés qui ont signé le manifeste du CRAC Europe, nous dépassons les 60 députés. Désormais, avec cette proposition de loi historique présentée par des représentants des deux principaux partis politiques de notre pays, les députés PS pourront cosigner ce texte, ce que la "discipline de parti" leur interdisait jusqu’à présent !
Extrait de la dépêche AFP du 09/06/2010 :
Geneviève Gaillard (PS) et Muriel Marland-Militello (UMP), respectivement présidente et vice-présidente du groupe d’études parlementaire sur la protection des animaux, ont présenté mercredi à la presse une proposition de loi commune visant à interdire, de fait, ces pratiques.
Leur texte entend supprimer les dérogations prévues au Code pénal -qui punit de deux ans d’emprisonnement et de 30.000 euros d’amende les "sévices graves" infligés aux animaux- pour les corridas et les combats de coqs "lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée". Quelques 700 taureaux seraient tués chaque année en France lors d’une centaine de corridas.
"C’est un combat humaniste soutenu par une large majorité de Français. Nous voulons montrer toutes les deux qu’il y a des moments où on sait dépasser les clivages politiques pour défendre une noble cause", a déclaré Mme Marland-Militello.


Communiqué du CRAC, 11/06/2010. Site web : www.anticorrida.com