Accueil > Informations > Vie associative > La folie des constructions en zones inondables

La folie des constructions en zones inondables

La CONVENTION VIE ET NATURE rappelle que ce qui tue n’est ni le vent, ni la pluie, ni la marée mais la cupidité insatiable, l’esprit de lucre, la quête du profit, la fièvre bétonnière qu’habitent les promoteurs et certains élus locaux.
Périodiquement, les médias relayent l’émotion publique suite à une catastrophe climatique, telle celle qui vient de frapper la Vendée et la côte charentaise.
Assécher des marais, lotir en bordure de rivière, urbaniser des zones anciennement humides sont des crimes contre la nature et contre l’homme.
Contre la nature, car les zones humides sont des lieux privilégiés de diversité biologique, des sites d’accueil de faune et de flore.
Contre l’homme, car les citoyens qui s’installent dans ces zones sont exposés inévitablement à des risques majeurs.
Le promoteur et son complice, l’élu local, ne se soucient ni de sauvegarder la diversité biologique, ni de la sécurité de leurs clients ignorants des dangers encourus. Leur unique dessein est de faire de l’argent, à l’abri dans une société dégradée où cet objectif est assigné à chacun en impératif de vie.
Le promoteur et son complice commettent ainsi des crimes contre le vivant. Laissons les zones humides à leur rôle essentiel de conservatoire de diversité en cessant d’urbaniser et d’artificialiser.
Eu égard au degré d’abaissement éthique d’une société malade du profit, il est à craindre qu’il faudra bien d’autres victimes avant que les lois atteignent comme il le faudrait ces criminels et protègent enfin l’arbre, l’animal et l’homme.


Communiqué de presse du CVN, 01/03/2010. SIte web : www.ecologie-radicale.org