Accueil > Informations > Médias > Lutte contre la pêche illégale

Lutte contre la pêche illégale

La pêche illégale représente 20 % des prises mondiales, pour un volume de l’ordre de 10 milliards d’euros par an. Tout le monde a entendu parler des scandales de la pêche au requin pour leurs ailerons, de la surpêche du thon rouge, des crevettes, des homards, etc.
La "pêche pirate" peut revêtir de nombreuses formes : dépassement des quotas autorisés, techniques de pêche interdites, zones ou saisons non-autorisées. Les conséquences pour l’environnement sont graves : raclage des fonds marins, rejets de poissons jugés non rentables ...sans compter les conséquences désastreuses pour les autres marins-pêcheurs qui eux respectent les lois, et pour les populations de certains pays dont la nourriture principale est le poisson.
C’est pourquoi les associations de défense des océans saluent le pas dans la bonne direction pris par plusieurs pays internationaux et en particulier européens :
ils viennent en effet de prendre des mesures visant à prévenir, décourager, et éradiquer la pêche illégale. 25 états se sont ainsi engagés à refuser l’accès de leurs ports aux navires pratiquant la "pêche pirate". Les propriétaires de ces bateaux hors-la-loi se dissimulent souvent derrière des sociétés écrans, domiciliées dans des paradis fiscaux. Ils seront répertoriés.
De son côté, l’Union Européenne a décidé de renforcer le contrôle de ses propres navires (suivi par satellite, déclaration automatique des captures, sanctions dissuasives, instauration d’un système comparable au permis de conduire à points). Davantage de contrôles vont être mis en place lors des importations, et comme pour les animaux de ferme, un système de traçabilité des produits va être instauré.


08/01/2010.