Accueil > Informations > Médias > Artificialisation du paysage français

Artificialisation du paysage français

Les espaces artificialisés ont continué à s’étendre en France après l’an 2000, même s’ils l’ont moins fait qu’entre 1990 et 2000 :
entre 2000 et 2006, ils se sont accrus de 820 km2, au détriment principalement des terres agricoles, et à la faveur des zones industrielles et commerciales (+ 38 km2 par an). Même les espaces verts urbains reculent.
Les endroits les plus saccagés étant bien sûr la région parisienne, le Nord, l’Alsace, la vallée du Rhône et les côtes (méditérannéennes notamment).
En 2006, les terres agricoles représentaient 60 % du territoire, les forêts ou espaces semi-naturels 34 %, les espaces artificiels 5 %, et les surfaces humides 1 %.
La cause principale de ces phénomènes est la croissance démographique (6 milliards d’habitants en 2000, 9 milliards en 2050), et les conséquences en sont la fragmentation des milieux naturels, la baisse de la biodiversité, les inondations et changements climatiques qui s’en suivent.


17/04/2009.