Accueil > Informations > Vie associative > Commerce d’ivoire sur internet

Commerce d’ivoire sur internet

Une série d’événements tragiques s’est déroulée le mois dernier. En effet, au total ce sont sept rangers qui ont été abattus par des braconniers respectivement dans les parcs nationaux Tsavo (Kenya), Zakouma (Tchad) et Virunga (Congo).
Pour permettre de protéger à la fois les animaux sauvages et les rangers, IFAW a récemment fait don de 20.000 € au Parc national Zakouma au Tchad. Cette subvention aide à former 40 rangers afin d’éviter le braconnage des éléphants menacés. Toutefois, tant qu’il existera une demande pour l’ivoire, les braconniers disposeront d’incitations financières considérables et continueront d’abattre les éléphants.
Dans le cadre des efforts entrepris pour protéger leurs éléphants, de nombreux pays d’Afrique soutiennent une proposition soumise cette année par le Kenya et le Mali et appelant la Convention sur le Commerce international des espèces de faune et de flore menacées d’extinction (CITES) à adopter un embargo international total de 20 ans sur le commerce de l’ivoire. Cet embargo donnerait aux éléphants le temps dont ils ont désespérément besoin pour récupérer, un temps qui pourrait également être utilisé pour prendre des mesures énergiques contre le braconnage et le commerce illicite.
On estime que 20 000 éléphants sont massacrés par an pour alimenter les marchés de l’ivoire. De plus en plus l’ivoire potentiellement illégal est offert en ligne sur le Net là où les risques sont mineurs pour les vendeurs d’être détectés ou poursuivis. Des milliers d’enchères d’ivoire illégal ont lieu chaque jour sur eBay. Sous la pression de votre soutien, tel que le vôtre, eBay a annoncé le 5 juin 2007 qu’il mettra en place une interdiction mondiale des transactions entre nations concernant le commerce de l’ivoire. Cette avancée souligne le rôle majeur des entités comme eBay dans leur responsabilité de mettre un terme à ce trafic. Cependant, l’application trop faible des règlements, à la fois sur le terrain et sur Internet, permet toujours de maintenir ce commerce illicite.
Aucun commerce d’ivoire ne devrait être autorisé, particulièrement si l’on considère que les marchés nationaux de l’ivoire sont déréglementés dans le monde entier. De plus, le commerce légal de l’ivoire sert de couverture aux volumes incroyables d’échanges illégaux qui encouragent le braconnage à travers l’Afrique et l’Asie.
Il y a trente ans, plus d’un million d’éléphants parcouraient ce territoire. Aujourd’hui, ce nombre a été réduit de moitié du fait de la perte de l’habitat, de l’extension de l’activité humaine et de l’abattage pour l’ivoire. Le commerce de l’ivoire, qui constitue peut-être la plus grande menace pesant actuellement sur les éléphants, pourrait être arrêté par les états membres de la CITES et par les sites d’enchères en ligne qui le tolèrent.


Contact : www.ifaw.org